Les déchets ménagers en France, des améliorations sont encore nécessaires

Les déchets ménagers en France, des améliorations sont encore nécessaires

Illustration Terre et poubelles de tri

Chaque habitant en France jette en moyenne 440 kg de déchets par anParmi eux, beaucoup sont incinérés faute de tri alors qu’ils auraient pu être mieux valorisés. Réduire leur production et améliorer leur traitement est indispensable pour limiter les effets néfastes sur l’environnement et notre santé.  

Tour d’horizon de nos déchets ménagers  

Selon l’ADEME (agence de la transition écologique), 29 % de nos déchets sont apportés en déchèterie (dont une majeure partie est recyclée), 20% sont triés pour être recyclés et 51% finissent dans nos poubelles d’ordures ménagères se retrouvant ainsi incinérés ou placés dans une décharge 

Or, 3/4 de ce qui se trouve dans ces poubelles d’ordures ménagères n’y a en réalité pas sa placeCes déchets pourraient être compostés, recyclés ou tout simplement évités en changeant quelques habitudes de consommation. 

D'où provient le contenu de nos poubelles?

Nous retrouvons dans nos poubelles encore beaucoup de produits à usage unique (vaisselle jetable, emballages et suremballages, lingettes, essuie-tout, protections intimes, couches…) et bien souvent ils contiennent du plastique qu’il faut éviter autant que possible. En effet, le plastique n’est recyclable qu’une à deux fois, grand maximum trois fois, et deviendra donc tôt ou tard un déchet. Par ailleurs, son recyclage est particulièrement compliqué, parfois impossible, et toujours très énergivore.  On peut dépasser les 40% de pertes de matière, ce qui n’en fait pas une solution durable. Le gaspillage alimentaire, qui représente 10 % des déchetspeut lui aussi être limité 

Tous ces déchets non triés ou ne pouvant pas être recyclés ou compostésseront incinérés, placés dans une décharge ou enfouis sous terre. 

L’incinération, un traitement des déchets non anodin

En France, la moitié du plastique finit dans un incinérateur et cette incinération pourrait être évitée pour plus de la moitié des déchets ménagers 

Les déchets sont incinérés à une température avoisinant les 1000°C. Parmi les composants analysés qui se retrouvent dans les fumées s’échappant des incinérateurs il y a de la vapeur d’eau mais également du dioxyde de carbone (qui est un gaz à effet de serre), du dioxyde de souffre, de la poussière, de l’acide chlorhydrique, de l’ammoniac, du plomb, de l’arsenic 

Le collectif 3R fait partie des organisations qui dénoncent lpollution générée par les incinérateursIls cherchent à prouver la présence de dioxines (à l’aide de révélateurs de pollution dont les œufs de poule font partie) et de particules fines dans ces fumées.  

Ces déchets incinérés vont permettre de produire de l’énergie, ils sont ainsi dits valorisés. Néanmoins20 % de ces déchets incinérés se retrouvent sous forme de mâchefer (résidus issus de la combustion) soit une production de 3 millions de tonnes par an en France. Ils contiennent des dioxines (principalement issues du plastique) et des métaux lourds aux effets néfastes sur la santé.  

Ces mâchefers, dans lesquels nous pouvons encore retrouver des morceaux de plastique, de métal, de verre et de faïence, sont stockés dans des centres de maturation à l’air libre. Environ 1/3 de ce mâchefer est considéré comme trop pollué et se retrouve dans une décharge. Les 2/3 restant sont triés et peuvent servir à la construction des routes du fait de leur faible coûtNéanmoins des contre-indications existent car, s’il y a des infiltrations d’eau, ces polluants pourraient contaminés les nappes phréatiques 

L’incinération produit également les REFIOM, qui représentent 2,% des déchets sortant d’une usine. Il s’agit de cendres volantes très toxiques récupérées par les filtres. Ces cendres sont exportées vers l’Allemagne où elles sont utilisées pour combler les galeries des mines de sel. Le risque majeur serait la présence d’infiltrations d’eau qui conduiraient les polluants jusque dans les nappes phréatiques 

Il est donc important de trouver des solutions pour réduire l’impact de nos déchets sur l’environnement et notre santé.  

La démarche zéro déchet, une solution écologique  

La démarche zéro déchet consiste à adopter de nouvelles habitudes de consommation, dites écologiques, afin de réduire les déchets au quotidien. Chaque petit geste compte. 

Bocaux de produits en vrac & carottes

Voici quelques idées pour vous aider à débuter dans le zéro déchet :  

Optez pour les produits réutilisables plutôt que pour du jetable. Des alternatives éco-responsables aux produits jetables et en plastique existent et se développent de plus en plusLes éponges, les essuie-tout, les lavettes, les disques à démaquiller, les protections intimes, les sacs à vrac… sont autant de produits qui existent en version lavables et durables et dont la composition est respectueuse de l’environnement (tissus recyclés ou bio certifié).

Soyez attentifs à la composition des produits nettoyants et d’hygiène (produit vaisselle, lessive, déboucheur, gel douche…) car les déchets sont aussi ceux qui se déversent dans nos canalisations. Choisissez de préférence des produits aux ingrédients naturels, sans perturbateurs endocriniens et biodégradables.

Privilégiez le vrac qui vous permet de réduire le gaspillage car vous ne prenez que la quantité dont vous avez réellement besoin. Vous éviterez également les emballages à usage unique car ces produits n’ont pas de packaging. Vous pourrez utiliser des sacs en tissu pour les transporter et des bocaux en verre pour les stocker par exemple.

Utilisez un compost dans lequel les micro-organismes, insectes, vers… décomposent les déchets organiques en nutriments bénéfiques pour la terre. Nous pensons souvent aux épluchures de fruits et de légumes mais il existe des produits éco-responsables 100% biodégradables et compostables qui n’ont pas besoin d’être jetés à la poubelle (les éponges bio Solide ! par exemple 😉). Vérifiez bien les compositions.

Recyclez quand cela est possible afin d’éviter que des produits se retrouvent incinérés quand ceux-ci auraient pu être recyclés. Du verre et du métal par exemple se retrouvent ainsi dans les incinérateurs alors qu’il s’agit de matières recyclables à vie.

Donnez une seconde vie à vos vêtements et aux produits dont vous n’avez plus besoin en leur donnant une autre utilité ou en les proposant à d’autres personnes. Et bénéficiez vous-mêmes de ces objets de seconde main.

Consommez local pour soutenir les petits producteurs et limiter les transports de marchandises souvent très polluants.

La gestion des déchets en France poursuit son développement mais celle-ci présente des inconvénients du fait de la pollution engendrée et de ses capacités de traitement limitées. Réduire ses déchets est donc très important pour répondre à l’urgence environnementale actuelle. Mais pour que cela fonctionne il faut agir à différentes échelles et de manière coordonnée que cela soit au niveau politique, industriel et individuel. Le meilleur déchet restera toujours celui que nous ne produisons pas. 

 

Sources :

Que contient notre poubelle ? (ademe.fr) 

Reportage France 5 “Sur le Front – La face cachée du recyclage” diffusé le 25 avril 2021 

Avènement du zéro déchet : Présentation et intérêt ! (planete-durable.com) 

Tri et recyclage: “Une grande partie de nos déchets peut être évitée” (linfodurable.fr) 

 

Ajouter un commentaire

*Merci de compléter tous les champs correctement

D'autres idées de lecture

Lessive biodégradable pour lavage écologique
Cadeaux Noël zéro déchet
Alignement de flacons d'huiles essentielles
Vérifié indépendamment
196 avis